Négociation avec un fournisseur : les meilleurs conseils pour une bonne conclusion

D’une manière générale, abaisser un prix n’est pas le seul objectif d’une négociation avec un fournisseur. En effet, elle permet aussi d’avoir une marge de trésorerie plus considérable, d’assurer une bonne continuité de la relation professionnelle entre le client et le fournisseur, d’éviter qu’une cessation de paiement ne se produise, etc.

Alors, afin de conclure une bonne négociation avec un fournisseur pour l’achat d’une caméra daschcam en gros par exemple, voici quelques points à bien prendre en compte :

Lors d’une négociation, maîtriser son émotion s’avère parfois difficile surtout vers la fin de la négociation. Même si vous avez obtenu ce que vous avez souhaité, montrer à votre contrepartie votre joie n’est pas vraiment très conseiller. Tout simplement parce que cela pourrait mal interpréter cela. Donc, il est essentiel que votre émotion reste toujours sous contrôle.

Aussi, dans le cas où vous avez obtenu des avantages à vos profits comme une réduction de prix ou autre, le mieux est de l’enregistrer par écrit. Ceci a beaucoup plus de valeur légale que les paroles. À part cela, si jamais votre négociation n’a pas abouti à rien, car vous êtes tombé sur une mauvaise personne, au mauvais moment, aux mauvais endroits, ou autres motifs. Il est important de détecter le moment propice pour prendre congé et de reporter la négociation.

Un des points important pour conclure une bonne négociation pour avoir une daschcam de voiture, c’est de la maintenir toujours en professionnel. En effet, le prendre pour une affaire personnelle serait une erreur à éviter. Vous avez atteint ou non votre objectif aux termes de la négociation, peu importe le cas, garder toujours en tête que la décision finale prise par les deux parties n’a rien de personnel.

Exemple de négociation avec un fournisseur : négociation de délais

Notons d’abord que c’est un point très important et qui est aussi très significatif en termes de négociation commerciale avec un fournisseur. Premièrement, il y a ce qu’on appelle le délai à l’amiable. Il s’agit d’un accord établi entre les deux parties portant sur un calendrier de paiement. Deuxièmement, il y a le délai judiciaire : lorsqu’il y a un non-accord, le Code civil article 1244-1 mentionne le délai limite du paiement de la totalité des sommes dues soit deux ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *